Fédération de la Charente

Fédération de la Charente
Accueil
 
 
 
 

LFB, un labo pharmaceutique public en danger

 

Le LFB (Laboratoire du Fractionnement et des Biotechnologies) est menacé.

Ce laboratoire 100% public produit les "Médicaments Dérivés du Sang" ( MDS) issus du plasma sanguin  des donneurs de sang bénévoles prélevé par l’Établissement Français du Sang (EFS). En France, 500 000 malades moyenne/an en bénéficient pour des pathologies toujours graves(1) parfois rares, souvent invalidantes. C'est dire que le LFB est un outil essentiel dans le champ de la santé publique.
Mais c'est un établissement relevant de l'éthique, hors commerce et sans profit, dans un monde sans pitié ou les multinationales du commerce des produits sanguins surfent avec des milliards de dollars de CA dans les pays développés.
Le LFB est donc l'objet d'une bataille sourde, opaque. Je pense que si les forces dominantes sont toutes, officiellement "pour l'éthique" elles  ne supportent pas que ce domaine de la santé échappe à la marchandisation.
Contrairement aux produits "labiles" (Concentrés de globules rouges, plaquettes...) les MDS relèvent du champ du médicament, mesure imposée  par les institutions européennes.Les MDS sont, grâce à d'obligatoires "appels d'offres "des hôpitaux, mis en concurrence avec les multinationales étrangères qui "cassent les prix" en France et se rattrapent dans le reste du monde avec de fortes marges. Par ex, les  USA  ont imposé l'utilisation exclusive du plasma national sur leur territoire, le LFB n'est pas présent donc pas concurrent.
Aussi le LFB qui a perdu près de 50% de la fourniture de nos hôpitaux voit son activité déséquilibrée en particulier dans le domaine important des immunoglobulines, tombé  lui au dessous dessous de 50%. Conséquence le bilan 2011 a été pour la 1ère fois négatif avec une perte de 6,5 millions d'Euros et la suppression de 35 emplois dans les équipes R&D secteur pourtant crucial pour l'avenir.
Outre l'environnement concurrentiel sur le marché national le LFB subit de la part des autorités  françaises seize (16) exigences spécifiques de sécurité sanitaires qui ne sont pas imposées à ses concurrents.(2)

De plus la France est le seul pays développé à déclarer  les "suspicions" de Maladie de Creutzfeld Jakob sporadique MCJs). Quand une "suspicion" de MCJs est déclarée dans la famille d'un donneur de sang, tout le "lot" de médicaments pouvant contenir du plasma de ce donneur fait l'objet d'un "retrait" et est détruit Chaque "retrait a un coût supérieur à un million d'Euros,  cinq millions d'Euros pour le dernier le 4 octobre 2012 !

 La France est le seul pays  à détruire ainsi les "lots" alors que les multinationales concurrentes du LFB n'y sont pas astreintes, leur pays d'origine ne déclarant pas les "suspicions" de MCJs. C'est une discrimination inacceptable nuisible au seul établissement public français, le LFB, qui voit sa notoriété anéantie.
Si la France estime que cette mesure de sécurité sanitaire s'impose pourquoi cette "police sanitaire" ne s'applique pas aux 50% de patients traités avec des produits importés?
Aussi, à l'automne 2012, le LFB connait de graves difficultés l'amenant à diminuer ses investissements industriels, sa R&D et à supprimer 290 emplois "Équivalents Plein Temps" sur un effectif de 1600 soit plus de 18%. (Agence de Presse Médicale 3/10/12).

Depuis juin 2012 le changement est arrivé dit-on.

Il est urgent que Mme la ministre de la santé  et des affaires sociales use de son autorité pour:

1) réunir tous les services et agences concernés (LFB, EFS, DGS et ANSM ex AFSSAPS) afin d'aligner les dispositions françaises sur les pratiques des autres pays européennes et supprimer la déclarations de suspicions de MCJs, conformément à la "Recommandation" N° 8 du rapport IGAS de nov 2010,

2) de demander à l'ANSM de contrôler la conformité éthique de tous les MDS importés et d'exiger la traçabilité des poches de plasma utilisées par les concurrents du LFB dans la fabrication de chacun de leurs "lots" de MDS entrant dans nos hôpitaux ("Recommandations" 5 et 6 rapport IGAS p 35).

Conséquence secondaire, les destructions de "lots" entrainent des "pénalités "pour l'EFS, 13 millions d'Euros en 2011.
Il est scandaleux  qu'au moment ou, pour cause de "crise financière", tous les budgets sont réduits, deux établissements publics soient contraints de jeter des millions d'Euros à la poubelle.

Jean Pierre Basset
Militant pour le don de sang bénévole 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
Parti Communiste, Fédération de la Charente: 150 Rue de Paris 16000 Angoulême