Fédération de la Charente

Fédération de la Charente
Accueil

le 01 January 1970

    "Une dynamique enclenchée pour porter une alternative"

     
    Lu dans L'Echo
    lien ici
     
    Le Front de gauche est en ordre de bataille pour les élections de décembre. Un meeting régional avec Olivier Dartigolles, tête de liste de la grande région, aura lieu mercredi 21 octobre à 20h, à Rilhac-Rancon, tout près de Limoges.
    L'accord est conclu entre les différentes composantes du Front de gauche, les binômes et chefs de file sont désignés dans les 12 départements, la campagne prend un nouvel élan. Ainsi, la semaine prochaine, trois meetings régionaux vont se tenir : à Bordeaux, à Angoulême et au nord de Limoges, avec Olivier Dartigolles.
    «Dans noire campagne, nous impliquons les citoyens comme nous lavons- toujours fait avec Limousin terre de gauche» souligne Laurence Pache (PG.), tête de liste en Creuse. «Notre pays vit une faille démocratique, insidieuse mais réelle qu’ 'il est essentiel de résoudre au regard des enjeux d'aujourd'hui ; enjeu social, écologique, démocratique. La politique du gouvernement désabuse les citoyens. Nous sommes là pour créer l’événement et être en tête de la gauche pour ces élections, parce que la gauche, c 'est nous.»
    Une méthode de rassemblement et une démarche politique de clarté que défend à son tour Stéphane Lajaumont (Ensemble). «Rassembler tous ceux qui refusent la politique d'austérité déclinée par le gouvernement et en région.» Pour lui, les trois exécutifs régionaux sont en échec. «Échec sur l'aménagement du territoire avec l'abandon des zones rurales au profit des métropoles ce que la réforme va encore accentuer ; échec au niveau de l'emploi : de 2010 à 20/5, ce sont 13.000 chômeurs de plus en Limousin, 110.000 sur la grande région.»
    Pascale Rome (PCF), tête de liste en Haute-Vienne rappelle l'importance des institutions. «Quand on est aux commandes, on peut agir. Alors on dit aux électeurs votez et pendant 5 ans nous agirons ensemble.»
    Christian Audouin (PCF), président de Terre de Gauche, insiste sur l'ambition de la liste FDG «changer la majorité régionale. Le PS décline ici la politique du gouvernement, si celte majorité est reconduite, ce sera encore l'austérité. Si c'est la droite ce sera toujours et encore plus de mise en œuvre d'austérité et de diminution des dépenses publiques. Les grandes entreprises à Bordeaux vont être les bénéficiaires de cette politique parce que droite et PS sont sur la même matrice : la politique européenne. »
    Et d'ajouter «on se bat contre l'hyper pollution républicaine que constitue la présence du Front national. Il y a danger ! C'est le résultat des trahisons et des promesses non tenues.»
    «Nous attendons un nouveau rapport des forces à gauche et nous appelons les électeurs à saisir l'opportunité de la liste conduite par Olivier Dartigolles. Nous voulons redonner espoir, tourner la page» abonde Christian Audouin.
     

    Pour tous, la situation politique est nouvelle, inédite avec «le discrédit abyssal du PS. Il faut tourner la colère populaire vers une colère saine. »
    «Il y a d'autres ruptures qui arrivent et la France n y échappera pas» allusion à ce qui se passe en Angleterre, en Espagne, en Grèce, au Portugal. Refusant d'être «/ 'arrière-pays de Bordeaux» - ce qui donne déjà la tonalité -, les candidats FDG y croient. «Il peut se passer des choses pour ces élections.»

    Christine Audebert

     
     

    Construisons ensemble le projet régional

    le 21 September 2015

    Construisons ensemble le projet régional

    Au programme

    9 h 00 Accueil

    9 h 30 Plénière : enjeux des élections régionales, pour une région solidaire, citoyenne, écologique

    10 h30 Travail en ruches (*)

    12 h 30 Apéritif et buffet

    14 h 00 Reprise des travaux : préparation des restitutions

    14 h 30 Restitution des ruches (*) de travail

    16 h 00 Conclusion, mises en campagne

     

    (*) sept ruches sont prévues : ÉDUCATION/FORMATION CULTURE TRANSPORTS /TERRITOIRES AGRICULTURE ÉCONOMIE DÉMOCRATIE TRANSITION ÉCOLOGIQUE

    Élections régionales : réaction d'Olivier Dartigolles (PCF/FDG) à la décision prise par EELV.

    le 21 September 2015

    Élections régionales : réaction d'Olivier Dartigolles (PCF/FDG) à la décision prise par EELV.
    Nous regrettons la décision prise par les instances régionales d'EELV en
    Aquitaine/Limousin/Poitou/Charente. Avec le Front de gauche, nous proposions
    à EELV de construire ensemble une alternative sociale, écologique et
    démocratique pour les élections régionales de décembre. Les politiques
    actuelles épuisent les territoire, les êtres humains et la nature. Alors que
    nous assistons à un terrible basculement vers le pire, le rassemblement pour
    le progrès social et la transition énergétique restera pour nous une
    priorité . Nous continuerons, en appelant à l'intervention citoyenne la plus
    large, à agir pour des politiques régionales publiques avec des actes
    concrets, planifiés et budgétisés. Comment ?  En luttant contre les énergies
    carbonées, en instaurant une taxe carbone régionale, en développant le rail,
    pour les voyageurs - et pas les bus Macron-  et le transport des
    marchandises, en favorisant une agriculture paysanne et familiale, les
    circuits courts, l'économie circulaire, en travaillant à l'échelle de es
    bassins d'emploi à la relocalisation des productions. Les solutions
    existent. Ayons le courage d'en créer les conditions avec les prochaines
    élections régionales. Avec le Front de gauche, nous ne cesserons
    d'interpeller toutes celles et ceux qui partagent l'essentiel : changer
    l'avenir.
    
    Olivier Dartigolles, chef de file du PCF/FDG.
     

    «La campagne donne la pêche» , Mélenchon en Charente, lu dans l'Humanité du 5 décembre

    le 14 December 2011

    «La campagne donne la pêche» , Mélenchon en Charente, lu dans l'Humanité du 5 décembre

     

    (...) À Angoulême, c’est le responsable de la Confédération nationale du logement (CNL), Robert Lafleuriel, par ailleurs membre du PCF, qui a tenu à inviter Jean-Luc Mélenchon dans le petit local de l’amicale des locataires, en bas des barres d’immeuble, et lui faire visiter la cité du Champ de Manœuvre, classée en zone urbaine sensible (ZUS). « L’amicale, commente le candidat, c’est le dernier lieu de citoyenneté, comme le syndicat l’est pour une usine. » La visite se fait au pas de course, il n’empêche, le responsable de la CNL arrive à évoquer le travail revendicatif qu’effectue son association : « Si on ne se démène pas, la misère s’entasse sur la misère », souffle-t-il.   Le ton est direct « On veut retrouver notre public, nos sympathisants qui ont été déçus par la gauche plurielle. En les motivant, on peut compter sur eux pour construire une dynamique », explique Simone Fayaud. Motivés, les responsables syndicaux de l’éducation nationale le sont en tout cas pour échanger avec le candidat du Front de gauche, au centre social et culturel Gulliver, à l’entrée de la cité du Champ de Manœuvre. Des syndicalistes de la CGT, de la FSU, de la CFDT ou de l’Unsa passent plus d’une heure avec lui davantage pour connaître ses positions dans le domaine de l’enseignement. « Il a répondu à toutes nos questions. Le ton est direct, la conviction forte, et il a une super-connaissance du dossier », commente Didier Gesson, responsable du Sgen-CFDT. Communiquer sa force de conviction est sans doute la qualité première de Jean-Luc Mélenchon, selon la chercheuse Marie-Hélène Boutet de Monvel, candidate (PCF) du Front de gauche aux législatives dans la première circonscription d’Angoulême. Elle s’applique à décortiquer sa façon de s’adresser aux gens : « À partir de quelques éléments, il construit une parole qui les touche sur le plan non pas de l’émotion mais de leur existence. Il va les chercher là où ils en sont. C’est très fort. » La candidate communiste découvre ainsi un politique « qui dit des choses simples mais avec précision », un homme « gonflé, et ça fait du bien ». Sa camarade Simone Fayaud se dit, elle aussi, « enchantée », elle qui a hésité à voter pour lui lors de la consultation interne au PCF sur la candidature à l’Élysée. « J’avoue que Mélenchon captive. Il donne la pêche. Et les communistes retrouvent le chemin de l’entreprise, ils retrouvent la fierté… » Mina Kaci

      Energie : les propositions du Front de Gauche

      le 26 November 2011

      Energie : les propositions du Front de Gauche
       

      Débat primaires : le Front de gauche veut tirer le débat à gauche et vers le haut !

      le 18 October 2011

       

      Hier les candidats à la primaire socialiste débattaient. Mais aucun des candidats n'a osé s'engager clairement pour l'augmentation du SMIC. La vérité, c'est que la relance économique ne pourra se faire que s'il y a augmentation des salaires et donc du SMIC. Le nombre de travailleurs pauvres augmente toujours et aujourd’hui le SMIC ne permet pas aux hommes et aux femmes de vivre dignement. Pendant que des actionnaires se gavent de dividendes, les travailleurs n'en peuvent plus. Le Front de gauche propose la revalorisation du SMIC à 1700 € brut, la réévaluation globale des salaires, des pensions et des traitements ainsi que l'instauration d'un salaire maximum. L'écart entre le plus bas et le plus haut salaire ne pourra pas dépasser 1 à 20. Sur l’immigration encore, les candidats à la primaire socialiste ne sont pas à la hauteur. En se prononçant, dans le meilleur des cas, pour une « immigration au cas par cas », les candidats bottent en touche. Tous les hommes et toutes les femmes qui travaillent et vivent en France doivent bénéficier des mêmes droits sociaux que les français. Le Front de gauche se prononce pour le droit de vote des résidents étrangers, le retour à la carte unique de 10 ans et le droit au regroupement familial. Nous régulariserons les sans-papiers et décriminaliserons le séjour irrégulier. Tous les étrangers qui souhaitent acquérir la nationalité française doivent avoir droit à la naturalisation au delà de 5 ans de résidence. Le Front de gauche veut mener des politiques refusant de ghettoïser la société, qui ne soient pas guidées par l'obsession du refoulement des étrangers. Hier, aucun des candidats n’a proposé de solutions qui rompent vraiment avec la logique de l’argent et des marchés financiers. Le PCF n'affichera pas de préférence. Il a son candidat : le Front de gauche ! Avec son candidat commun, Jean-Luc Mélenchon, et son programme, « L’humain d’abord », le Front de gauche appelle les citoyens à s'emparer du débat politique et à imposer les mesures prioritaires de la gauche pour 2012. Le Front de gauche veut tirer le débat à gauche et vers le haut !

        Il y a actuellement 0 réactions

        Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

         

        Soiré Débat sur la dette publique avec Jean-Marc DURAND à Soyaux

        Par Jean-Marc DURAND, le 06 November 2011

        Soiré   Débat sur la dette publique avec Jean-Marc DURAND à Soyaux

        Débat sur la dette publique et les emprunts toxiques jeudi 24 novembre 20 h 30 Espace Matisse SOYAUX avec Jean-Marc DURAND

        Jeudi 16 février 18 h 30 à Angoulême MJC Aragon Ma Campagne : QUELLE SOCIETE POUR NOS ENFANTS ? avec M.H. Boutet de Monvel et D. Lavauzelle

        le 05 February 2012

        Jeudi 16 février 18 h 30 à Angoulême MJC Aragon Ma Campagne : QUELLE SOCIETE POUR NOS ENFANTS ? avec M.H. Boutet de Monvel et D. Lavauzelle

        Le Front de Gauche vous invite à l' assemblée citoyenne qui se tiendra à la MJC Louis Aragon, ANGOULEME le jeudi  16 février à  18 h 30 sur le thème : "Quelle société pour nos enfants ?" Venez partager avec les responsables du Front de Gauche et vos candidats aux élections législatives  le projet du "Programme partagé du Front de Gauche" : donnez vos témoignages, proposez vos idées, discutons ensemble, prenons la mesure du pouvoir des citoyens !   Avec Marie-Hélène BOUTET DE MONVEL  et Denis LAVAUZELLE  vos candidats aux Elections Législatives  1ère  Circonscription                

        le 19 March 2012

           
          Parti Communiste, Fédération de la Charente: 150 Rue de Paris 16000 Angoulême